Rechercher dans ce blog

Je me présente




"la Vie est un long fleuve tranquille".... le mec qui a écrit ça était sous cannabis!... ou sous Xanax, voir un petit coup de Lexomil...a voir!

v'la ma vie, le pourquoi du comment.

comment j'en suis venue a tout ça, pourquoi je fais ce que je fais aujourd'hui. c'est long, ma Vie n'a pas été un "long fleuve tranquille" mais c'est ma Vie et je la prend comme elle vient désormais.
pour que vous sachiez qui se cache derrière ces articles un peu perchés, rempli de fautes et de poussière de fée. bonne lecture et bon voyage dans la Vie d'une femme qui a un moustique qui lui court dans la tête!

femme dans la trentaine qui aime jardiner, les animaux, le chocolat et surtout ne plus pas se prendre la tête. cadette de sa grande fratrie, féminine une fois par an, garçon manqué le reste du temps. qui aime marcher pied nus dans la boue, grimper aux arbres et peindre avec les mains!

j'ai vécu avec des parents qui sont nés dans les années 40. donc ce que nous appelons de l'autonomie eux c’était leur vie. pas d'eau courante, pas trop d'électricité, pas trop de chauffage ou de clim non plus. ils vivaient sur le potager, du cochon qu'ils tuaient chaque année, de leur conserves et de leur savoir faire. une vie simple qui malgré toutes les inventions du progrès, n'a pas changer leur façon de voir ce monde. je ne dis pas qu'ils vivaient dans une cabane au fond des bois non. nous avions une belle maison avec tout ce qu'il faut de nouveau dedans. mais ils avaient gardé cette vision de faire soi même, de travailler la terre, d'avoir des animaux pour se suffire. 

ils ne comprennent pas cette folie de vouloir une grosse voiture qui pollue, ni de grande maison dure a chauffer. ils voulaient un endroit pour élever dignement leurs enfants et un coin tranquille pour vieillir ensemble. ce qu'ils ont fait.

Maman est une femme très très très trop énergique, si elle ne passe pas en coup de vent partout dans la maison c'est qu'un virus costaud a réussi a la mettre au repos.... quelque jours...... maman de 5 enfants, toujours au taquet. elle coud de magnifiques vêtements, cuisine comme un chef, avec 3 bouts de pain et un morceaux de fromage elle fait un repas de roi. c'est avec elle, en bonne femme des années 40, que j'ai appris a tenir une maison, a coudre, a cuisiner, a m'occuper d'enfants. elle était passionnée par une race de chien, qu'elle élevait pour sa passion. pour mon plus grand plaisir! ahhh les chiots, jouer avec les adultes, être couvert de bave et de poils! je préférais les chiens a mes copains de classe, trop hypocrites et méchants entre eux. les chiens eux sont toujours contents et sincères! c'est une terrienne, une campagnarde dans le bon sens du terme.

Papa est un homme robuste, une force de la nature. avec un rien il vous construit un château. il a le compas dans l’œil a vous faire froid dans le dos. c'est avec lui que j'ai appris, comme un fils, a manier le marteau et la tronçonneuse, construire les cabanes, utiliser la "colle espagnole" comprenez des clous de 120  pour être sur que ça tienne! faire du béton aucun soucis, monter un mur pas de problème. j'ai bricolé plus que je n'ai cuisiné! pour mon plus grand plaisir. on partait aux champignons, on faisait de la mécanique, on faisait du tir sportif ... bref des trucs de mecs quoi! c'est un homme pas vraiment casanier, il aimait prendre le camping car et partir sur le route, voyager.

je me suis souvent dit que les extrêmes s'attirent!

des que j'ai pu comprendre, je m'occupais du potager qui faisait 1000 mètre carré avec eux. ils plantaient pour toute la famille. j'en ai ramassé des haricots!! car même s'il avait le compas dans l’œil mon père n'a jamais eu la mesure des quantités. 200 pied de haricots c'est fou ce que ça peut donner!!!
remarque maman n'avait pas non plus la mesure des quantité, elle cuisinait a chaque fois pour un régiment! en même temps leur porte était toujours ouverte et on avait souvent du monde a table.

nous avions aussi un bataillon de poules, une horde de canard et une meute d'oie. beaucoup d’œufs pour les bons gâteaux de maman et de bonnes volailles dans la cocotte.

quelques lapins aussi. histoire de changer.

une fois par an nous faisions le cochon. un cochon nous permettait d'avoir tout ce qu'il nous fallait pendant une année. on accrochait les saucissons et les jambon cru au grenier sur des clous plantés dans les poutres du toit. on en mettait aussi dans des cagettes "a la cendre". je me souviens de prendre un couteau et de monter au grenier avec mes neveux et de chiper de grands bouts de saucisse seche maison qu'on allait manger dehors sous le grand marronnier.

un arbre dans lequel je montais, un terrain ou je jouais sans arrêt. non pas que je n'aimais pas la télévision, mais j'aimais aussi bien être dehors. et si j'etais dedans c'etait pour dessiner. je pataugeais dans al boue, faisait des galettes de terre et d'herbe, jouait avec les chiens... quand mes neveux venaient a la maison on se baiganit dans la piscine et on allait s'etendre encore tout mouillé sur les autoblocants brûlant de la terrasse!

j'adorais me promener en foret. déjà j’étais attire et comme hypnotisé par la Nature. Cette deuxième Maman, cette Grand Mère, un peu rude, intransigeante,  mais jamais méchante. j'aimais a regarder, apercevoir a travers les branches des arbres immobiles, le moindre mouvements, détecter le moindre bruissement, être éblouit par ce que m'offrait la forêt. un écureuil, un beau champignon inconnu, une clairière fleurie, une petite rivière chantante. c’était si calme, si reposant, si mystérieux. encore aujourd'hui me promener dans les bois m'offre cette sérénité, cette Amour si .... précieux......

enfin voila dans quel monde j'ai vécu. heureuse et toujours a gambader pied nus dans le jardin, a apprendre des choses qui me servent tellement aujourd'hui.

j'ai cru pouvoir vivre comme ça tout le temps, un peu a la Heidi des montagnes, petite fille blonde aux joues bien rouges. mais la vie nous envoie sur des chemins tellement différents...... je me suis retrouvés dans une ville loin des miens, ou le bruit et la pollution ne m’étais guère familier. pas de terrain, donc pas de jardin. fini le chant du coq, bonjour le gueulard de voisin qui se couche complètement ivre a 4 heures du mat.......... bonjour aussi les plats tout prêt immangeables faute de temps pour cuisiner. faut dire que je n'avais pas d'horaire. les 35 heures! ah j'aurais bien aimé!
 j’étais comme un arbre qu'on aurait arraché. je ne comprenais pas ces gens qui étaient si heureux en ville, qui faisait du shopping, allait en boite de nuit. c’était si loin de ma perception et... ça l'est toujours.

et puis le temps a passé et la vie m'a remis sur un autre chemin. ma santé s'est dégradé et j'ai du faire avec. non que je sois en train de trépassé, faut pas abuser, mais certaines choses font que quelquefois tout ne se passe pas comme prévu. il suffit d'un engrenage qui coince pour que ça bloque toute la machine!

du coup j'ai eu beaucoup beaucoup plus de temps. je me retrouvais d'un boulot aux horaires infini, presque sans loisirs, des perspectives d'avenir généreuses a.... un lion qui tourne, qui tourne, dans une cage top petite et silencieuse, tous les jours........ vous n'imaginez pas ce que le silence peut faire mal aux oreilles...... 

j'avais rencontré un homme quelques mois plus tôt, sûrement que le ciel avait décidé de me l'envoyer. sûrement un ange juste pour moi. il voyait bien que ça n'allait pas du tout et son travail qui n'en finissait pas. il s'est dit qu'il fallait quelque chose dans ma vie. ma maman venait d'avoir une portée de chatons. ma sœur et mon frère en avait adopter un, il en restait deux et ma maman en gardait un. nous sommes descendu chez eux et ce petit chat (qui s'appelle chat!) est rentre avec nous. déjà il y avait du monde la journée mais un chat qu'est ce que c'est silencieux...... pis chat n'aime pas jouer, en outre elle me ramenait des feuilles du dehors, en cadeau, quelle bonne chasseuse! j'aime beaucoup ce chat mais il n’était, a l’époque pas câlin du tout, peut être le gêne chat sauvage? l'appartement est donc toujours aussi morne, toujours aussi propre, alors que je me forçais a faire le ménage seulement une fois par semaine. personne pour salir, même pas le chat! 

c'est en voyant des chiens que je me suis dit que ça me manquait, la bave, les balles. ce qui n'a pas échappé a mon époux. c'est a ce moment qu'il a décidé d'acheter notre premier chien. j'avais vécu avec pleins de chiens a la maison. avoir cette boule de poil qui me chamboulait tout, qui me faisait tout tomber, qui me forçait a sortir pour le promener, (chose que je faisais ensuite par plaisir a flâner une bonne heure dehors sur les chemins pédestres avoisinants, a retrouver l'âme de la forêt), qui faisait du bruit!! oh mon dieu! du bruit!!! de la saleté dans mon appartement immaculé, que de bonheur! des choses a faire!

moi qui me laissait crever (vous m'excuserez l'expression mais il n'y a pas d'autres mots) me voila forcée de faire des choses dont je ne voulais plus entendre parler. sortir a l’extérieur de ma maison! et puis toujours a avoir quelqu'un qui vous colle, veut des bisous. elle faisait la sieste sur mon ventre sur le canapé. il fallait la laver, la brosser, la nourrir, jouer avec elle. bien différent du chat! certes je ne le laissais pas mourir de faim, évidemment, je le brossais et jouait avec lui... quand il le voulait. mais un chat c'est toujours propre. ça fonce pas dans la première flaque de boue que ça croise! chat qui d'ailleurs n'a pas su apprécié tout de suite l'irruption de cette tornade dans son sanctuaire. mais ensuite, jalousie peut être, elle est devenu bien câline la minette sauvage! et elle avait enfin une copine pour jouer! a défaut de jouer avec moi! je n’étais peut être pas si intéressante que ça, moi l'humaine lente qui agitait un truc en plume moche au bout d'un bâton. un chiot c'est plus drôle, plus rapide et plus gauche! mon chat est devenu un ninja! et mon chien... ben une victime !! ^^

autant les humains, ces soi disant "amis" m'avait tourné le dos autant ce petit être magnifique a été .... salvateur. mon mari était très absent a l’époque a cause d'un travail éreintant, malgré cela il faisait tout son possible pour moi. et cette idée de chien a été une merveille! parce qu'il fallait la fatiguer la belle, hyperactive je vous prie! l’éleveur nous avait dit "bon ne la faites pas marcher plus de 20 min" ouiiiiii t'as raison, au bout d'une heure elle était encore fraîche alors que moi j’étais bien fanée!

mais malgré tout, pas mal de chose me faisait revenir a la réalité et je m'ennuyais. une fois le chiot sorti il fallait qu'il dorme... que faire? faire des gratt gratt au chat qui ne me quittait plus, oui bien sur mais après? et plus je regardais les minutes passer et plus je trouvais ce balcon vide et sans vie.
j'en ai parle a mon mari je lui ai parle de quelques fleurs et ni une ni deux il m'a traîné dans une jardinerie comprenant une urgence dont je n'avais pas conscience. il m'a dit "prends ce que tu veux" et ni une ni deux le chariot était rempli! sur le coup je pensais que c’était trop mais déjà il partait a la caisse.
des le lendemain le balcon s'animait de diverses couleurs, exaltant camaïeu de vert. des pots tous différents, des parfums si agréables. une vraie oasis dans cet amas de béton sale et gris.
en quelques mois mon balcon était devenu un potager fleuri. ça me faisait tellement de bien de toucher la terre, de voir ses minuscules graines sortir du terreau. moi qui était morose comme l'hiver j'allais et je venais sur mon balcon sans arrêt. je cherchais des infos sur le net pour tel ou tel légumes. j’étais comme une graine en train de s'ouvrir. pendant un temps j'oubliais tout le reste.

mais il est bien petit le potager du balcon........ alors je me suis mise a cuisiner, chose que je n'avais pas faites depuis au moins 4 ans.... et du pain et des gâteaux et des petits plats, quand j'en avais l'envie et la force. ce que je préférais c’était aller voir ce qu'il y avait de mûr dans mon petit potager. bon y'avait pas de quoi faire un plat complet mais une sauce au poivron, une petite assiette de radis, une salade de tomates.... au final ça me permettait de refaire quelque chose et toutes ces petites choses mise bout a bout me rendait plus heureuse. le chien me mordait les pieds pendant que je pétrissais ma pâte a pain sous l’œil intéressé du chat qui ne manquait pas de me taper de la patte si j’arrêtais mon travail de boulangère! mon petit monde prenait forme. il était loin l'appart aseptisé et silencieux!

mon mari a décidé que je pouvais voir plus grand et nous avons déménagé. une petite maison en location avec un terrain 10 fois plus grand que mon balcon!

de quoi me faire 4 potager en carré. ça peut sembler peu mais ma santé n’était vraiment pas au beau fixe et ses 4 carrés étaient une épreuve a l’époque. mais ça m'occupait tellement! et puis il était si bon de manger les fruits de son "labeur". je pouvais enfin faire quelque chose! et , surtout, en plus des promenade, le chien devenu grand pouvait se rouler dans l'herbe jusqu’à plus soif! ça c’était un point d'honneur. oui pour prendre un chat, un chien mais hors de question qu'ils soient malheureux!

mon mari a eu beaucoup plus de temps ensuite et on a eu un coup de cœur pour les randonnées et la vie dehors qu'on appelle le "buscraft". bon pas encore dormi dehors vu mon état de princesse peach (ceux qui joue a mario comprendront) mais déjà on marche énormément, ce qui est bénéfique pour nous deux et pour les chiens. la Nature fait du bien a la tête. on a même été voir sa famille dans les Pyrénées et on est monté bien haut, la ou les chevaux et les vaches vivent en liberté, loin des voitures et de la ville.

 une épreuve que j'ai surmonte de plein gré. et que je referais sûrement plusieurs fois. déjà je pense a faire un jour le GR20 en corse et pourquoi pas un trek en Nouvelle Zélande. je rêve de voir des baleines et lui de voir des ours kodiak, rendez vous en Alaska! soyons fou!

ahem désolée je m’égare ^^

puis enfin nous avons pu avoir assez d'argent pour acheter une maison. avec la encore 10 fois plus de terrain que notre ancienne maison! Et plus de place aussi!
je peux de nouveau avoir quelques poules, faire un potager digne de ce nom qui nous permettra d'avoir de beaux légumes, et même quelques arbres fruitiers!
aujourd'hui ma santé ne me permet pas de faire tout ce dont je rêve, mais déjà je fais ce que je peux, quand je le peux. et vous savez quoi? c'est cool!
d'un état de larve dont j'ai un peu honte aujourd'hui, je peux faire un peu plus, un peu mieux.comme une petite graine qui lèverait après une trop longue dormance.même si l’extérieur me fait encore bien peur.... mon petit monde c'est entre mes 4 murs et j'y suis bien. et c'est le principal!

j'ai même pu recommencer a dessiner et peindre, moi qui en avait perdu l'envie et le goût. certaines blessures ne se referme jamais vraiment mais si on a de bons pansements ça s'amenuise et on finit pas l'oublier la plupart du temps. et quand on a de quoi s'occuper c'est bien plus simple. j'ai eu la chance d'avoir mon homme, mes chiens, et mes plantes.

ma famille m'a aidée aussi, mais c'est toujours difficile quand 1000 km vous sépare! ce qui est encore aujourd'hui très difficile a supporter. il n'y a rien de pire que de se dire qu'on est si loin et, au final, si proche puisque dans le même pays....

 il est difficile, aujourd'hui, de trouver des personnes de mon âge qui comprennent l’intérêt de faire ce que je fais. eux n'y voit qu'une perte de temps puisqu'on en trouve du tout prêt en supermarché.......  souvent on ridiculise mes entreprise n'en comprenant pas le fondement vital et, au final, si logique.

la vie a été dure avec moi mais , au final, j'ai reçu beaucoup d'aide des miens qu'ils soit humains ou animal, et du ciel. le ciel nous a envoyé d'ailleurs un deuxième compagnon sur patte, trouvé sur le bord d'un chemin, abandonné. il n'est jamais reparti de la maison. puis nous avons récupéré un vieux chien chez mes parents trop lourd pour eux (difficile de porter un gros chien quand on est âgé) qui finira ces jours a la maison. on m'a aidé, a mon tour d'aider.

je le dis souvent aux gens. si quelque chose ne va pas tournez vous vers la Nature, un arbre, une fleur, un animal et ça ira mieux, même si c'est juste l'espace d'un instant, même si c'est pas pour tout le temps mais faites le. faites ce que vous aimez, faites ce que vous voulez faire. chanter sous votre douche, danser sous la pluie, faites de la pâte a sel (super en passant ce truc!), faites un câlin a un arbre, prenez 5 minutes pour regarder une fleur......
et si vous n'allez pas bien ne restez pas dans l'ombre, tournez vous la aussi vers la Nature. les affaiblis, les malades, les âgés, les jeunes amoindris. tout un univers s'ouvre a vous si vous le voulez. ne restez pas dans l'ombre, le soleil est juste la, dehors! courage!

vivez comme vous le voulez pas comme il faudrait. 
tant que cela ne nuit a personne, faites ce qu'il vous plaît.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire